Comment publier en open access ?

Le gold open access, ou l'édition nativement en accès libre

Le gold open access, ou voie dorée de l'open access, désigne des ouvrages ou des revues nativement en accès libre, dès leur publication. De manière générale, et puisque l'activité éditoriale nécessite d'être financée, le modèle économique du gold open access est le financement en amont de la publication, qui peut revêtir plusieurs formes :

  • le modèle auteur-payeur : l’accès au document est libre pour le lecteur mais l’auteur ou son institution paye des frais appelés Article processing charges (APC) pour financer la publication. Les APC prennent généralement la forme d’un coût à l’article, dont le montant varie de quelques centaines d’euros à plusieurs milliers. Il existe des revues dont le contenu est intégralement en open access, et des revues dites "hybrides" : l'accès aux revues hybrides est soumis à un abonnement, mais l'auteur d'un article peut choisir de le publier en open access moyennant le paiement d'un APC. Le modèle hybride implique qu’un établissement paye plusieurs fois pour l’accès au document (abonnement + APC si ses auteurs en font le choix). Il suscite un débat important dans la communauté scientifique ;
  • la subvention : l’accès au document est libre. Le financement de la publication (revue et/ou plate-forme) est pris en charge par une institution, une société savante, un organisme de recherche, une association ou une fondation ;
  • le freemium : l’accès au document est libre mais des services complémentaires sont commercialisés (par exemple les statistiques d’usage, ou les fichiers PDF ou ePub alors que seule la version html est gratuite) ;
  • la souscription : dans ce modèle, la diffusion en accès libre des ouvrages et revues s’opère lorsque le seuil financier visé est atteint grâce aux contributions financières des établissements souscripteurs.

La politique de l'Unistra en matière de gold open access

L'Université de Strasbourg a signé l'Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité et encourage les auteurs d'écrits scientifiques à privilégier les modèles économiques de publication qui n'impliquent le paiement ni par les auteurs pour publier, ni par les lecteurs pour accéder aux textes. L'Unistra soutient financièrement certaines de ces initiatives.

En vertu de la politique de science ouverte adoptée par l'Université de Strasbourg en 2019, les deux principes suivants doivent s'appliquer dans le cas d'une publication chez un éditeur en open access :

  • la publication doit être disponible sur le site de l'éditeur avec une licence permettant sa réutilisation la plus large possible, de préférence une licence Creative Commons CC-BY, et la version finale publiée ("PDF éditeur") doit être déposée dans l'archive ouverte UnivOAK dès publication ;
  • si les auteurs choisissent de publier dans une revue appliquant le modèle auteur-payeur (publication contre paiement d'une somme forfaitaire appelée Article Processing Charge "APC"), le soutien de base des unités de recherche ne doit pas être utilisé pour financer la publication dans des revues hybrides. Seuls les frais de publication dans des revues entièrement en open access pourront être financés. Les revues entièrement en open access sont référencées dans le Directory of Open Access Journals. En cas de doute sur la nature hybride d'une revue, les auteurs sont invités à s'adresser au Service des Bibliothèques (cf. contact)

Revues et maisons d'édition prédatrices

L'Université de Strasbourg déconseille de publier chez des éditeurs adoptant des pratiques non conformes à l'intégrité de la publication scientifique, communément appelés "éditeurs prédateurs" (predatorypublishers). Ces éditeurs, sous couvert d'open access, appliquent le modèle auteur-payeur mais n'offrent aucune expertise : démarches insistantes et opportunistes par messagerie électronique pour la soumission d'articles ou pour intégrer les comités de rédaction ; informations absentes ou imprécises sur les APC ; déclarations inexactes ou imprécises sur la composition du comité de rédaction ; processus d'évaluation et de validation par les pairs (peer reviewing) trompeur ou suspect avec des délais de publication très courts, etc. L'outil Think Check Submit aide les chercheurs à identifier des revues et des éditeurs fiables pour publier leurs travaux en leur fournissant des conseils simples avant de soumettre un projet d'article. Les auteurs peuvent également utiliser l'outil Compass to publish, mis au point par la bibliothèque de l'Université de Liège (ULiège LIbrary), qui permet d'évaluer le degré d'authenticité de revues dites en Open Access qui exigent des frais de publication. Les revues fiables en open access sont référencées dans le Directory of Open Access Journals. En cas de doute sur la nature "prédatrice" d'une revue, les auteurs sont invités à s'adresser au Service des Bibliothèques (cf. contact).

Suivi des dépenses de frais de publication en Open Access (APC)

L'Université de Strasbourg participe chaque année à l'enquête nationale sur les dépenses d'APC pilotée par le consortium Couperin.org. Les données concernant les enquêtes sur les dépenses 2015, 2017, et 2018-2020 sont disponibles en open data sur la plateforme Open APC. Cette enquête, ainsi que la publication des résultats en open data, font partie des mesures du Plan national pour la science ouverte et des engagements de la France dans le cadre de l'Open Government Partnership, un partenariat international de 70 pays pour améliorer la transparence de l'action publique.

Le Service des Bibliothèques est chargé de veiller à la bonne application de cette politique dans les unités de recherche de l'Unistra.

Le consortium Couperin en collaboration avec l'Agence de mutualisation des universités et établissement (AMUE) a élaboré un guide pratique pour le suivi des dépenses de frais de publication.

Les éditeurs ayant un accord avec l'Unistra pour la publication en open access

Dans le cadre des négociations avec les éditeurs menées par le consortium Couperin.org, ou dans le cadre d'initiatives internationales, l'Unistra a des accords incluant la publication en open access sans paiement d'APC avec plusieurs éditeurs :

  • SCOAP3 : l'Unistra est membre du consortium international SCOAP3, piloté par le CERN. SCOAP3, regroupe 3 000 partenaires dans le monde (bibliothèques, agences de financement, organismes de recherche...), finance le passage à l'open access des revues dans le domaine de la physique des hautes énergies. SCOAP3 paie de manière centralisée les éditeurs pour couvrir les coûts d'édition et de mise en ligne, et les éditeurs réduisent le montant de l'abonnement s'il s'agit d'une revue hybride ou transforment toute la revue en revue open access. La publication dans les revues SCOAP3 est gratuite pour les auteurs. La liste des revues concernées pour la période 2017-2022 est disponible ici ;
  • RSC (Royal Society of Chemistry) : l'abonnement à la collection de revues RSC souscrit par l’Unistra inclut un certain nombre d’APC prépayés. Une fois le stock d’APC prépayés consommé, une remise de 15 % est automatiquement appliquée aux autres APC. Cette remise de 15% est également valable pour les revues RSC publiées nativement en open access (gold open access).
  • EDP Sciences : un accord publish and read a été négocié par Couperin.org pour la période 2022-2026 dans le cadre du Plan de soutien à l'édition française du Ministère de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation. Cet accord prévoit la publication en accès ouvert avec licence de type CC-BY sans APC (Article Processing Charge) pour tous les établissements membres de l’accord dans une liste de 30 revues. La gestion se fait automatiquement sur la base de l’adresse d’affiliation de l’auteur de correspondance.
  • KARGER : dans le cadre de l'abonnement de l'Unistra à la collection des revues Karger, les auteurs affiliés à l'Unistra ont la possibilité de publier un nombre illimité d’articles en Open Access dans toutes les revues de la collection Case Reports, sans frais d’APC (sous licence de Copyright CC BY-NC) Les conditions pour publier un article sont détaillées dans le bloc "Publier en Open Access dans les revues Karger" ;
  • ELSEVIER : dans le cadre de la licence nationale conclue pour 2019-2022 avec l'éditeur Elsevier pour les revues de la Freedom complete collection, les revues de la Bibliothèque médicale française et les revues de la collection Cell Press, les auteurs des établissements de l'ESR français qui souhaitent publier leur article en open access bénéficient en 2022 d'une remise de 35,4% sur le tarif des APC dans la plupart des revues hybrides et entièrement en open access. La liste des revues éligibles en 2022 est disponible ici ;
  • Revues de la collection High Impact de Lippincott, Williams and Wilkins (65 revues en médecine) : dans le cadre de l'accord conclu par le consortium Couperin.org, une remise de 5% sur le tarif de "l'APC Open Access" est appliquée aux articles "peer-reviewed research". Il s'agit des articles de recherche originaux ; les éditoriaux, les revues, les résumés de réunions, et les lettres étant exclus. La remise s'applique si l'auteur correspondant de l'article est affilié à l'Unistra et s'il choisit de publier en Open Access au moment de soumettre son article via le système Editorial Manager de l'éditeur. La liste des revues est disponible sur demande ;
  • PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences) : les auteurs de correspondance des établissements abonnés (dont l'Unistra) bénéficient d'une réduction sur le montant de l'APC. Pour un article en licence CC-BY-NC-ND, le montant de l'APC est de 2000$ (au lieu de 2500$) ; pour un article en licence CC-BY, le montant de l'APC est de 2200$. Pour rappel, tous les articles sont disponibles gratuitement en open access sur le site de la revue au bout de six mois après leur date de publication.